Française, interne en médecine générale, maman de 2 enfants et musulmane, je vais tenter à travers mon blog d’apporter une infime part à l’humanité: anecdotes, conseils santé, informations, expériences, états d’âmes, tribulations, débats… Bienvenue sur mon site TheHijabiDocToBe à travers mes péripéties quotidiennes de future Dr en médecine si tout va bien, dans ce monde où rien ne va…

France

contact@thehijabidoctobo.com

On m’a volé mon Hajj! Dossier sur les dessous du #Hajj2019 en France.

Avant de lire cet article, deux choses à savoir: celui-ci n’est valable que pour la France, en 2019. De plus, je ne suis absolument pas journaliste, ce ne sont que des choses que j’ai puES collecter au niveau personnel. Dans cet article, je ne parle pas des arnaques sur place du Hajj. Merci pour votre clémence si vous relevez des erreurs en terme de techniques d’investigation. Je ne cherche pas à propager des rumeurs. Mon but est vraiment d’obtenir plus de transparence vis à vis des pèlerins qui chamboulent leurs vies, aménagent leur vie de famille en fonction, économisent depuis des mois voire des années, prennent des congés au travail, se préparent spirituellement, psychologiquement, physiquement et qui, au final, se voient refuser l’entrée au voyage de leur vie à cause de personnes qui ne craignent pas Allah. Il est temps de mettre certaines agences face à leurs manquements et responsabilités, d’exiger une transparence absolue et une organisation sans faille pour un voyage aussi important ! N’hésitez pas à me contacter ou à commenter si vous avez d’autres informations ou si vous constatez que des erreurs sont présentes dans cet article. J’atteste par la même occasion à n’être affiliée à aucun groupe et ne déclare aucun conflit d’intérêts. Je m’excuse d’avance pour la longueur de l’article, il est important de tout détailler, et de donner des preuves dans des sujets d’aussi haute importance.

Aller chercher la Miséricorde et le Pardon du Tout Puissant, en se rendant à Sa mosquée sacrée. Rechercher la récompense ultime de pouvoir se reposer dans Son Paradis, oser l’espérer. Se soustraire pendant quelques instants de cette vie ici-bas pour obtenir Son agrément dans l’au-delà. Aller marcher sur les traces de notre prophète bien aimé, aleyhi salat wa salam. Cheminer dans ces terres chargées d’Histoire où cette dernière a pris un tournant majeur, où des grands hommes ont tracé notre destinée actuelle, par la grâce d’Allah. Admirer cette construction sacrée qu’ont construit des milliers d’années auparavant nos ancêtres Ibrahim, as & son fils Ismaïl, as. Se rendre enfin, après avoir écouté et étudié pendant des années la vie du prophète bien aimé, saws et celle de ses compagnons. Ça y est. Les valises sont bouclées, le voyage a été payé, une véritable organisation familiale, professionnelle, physique et spirituelle a été réalisée afin de réaliser ce voyage dans les meilleures conditions.  Le grand voyage. Le rêve d’une vie. Le pèlerinage à la Mecque. Le Hajj. 5ème pilier de l’Islam, obligatoire pour chaque musulman en ayant les moyens. A quelques jours du départ, la tension monte, le stress est là mais aussi l’exaltation de pouvoir enfin vivre ce moment. Être les invités d’Allah sobhano wa ta3ala. On commence les adieux à nos proches, on renoue contact et on demande pardon à certaines personnes laissées dans le passé par la rancœur et l’orgueil, on règle toutes nos dettes, on prépare nos enfants pour cette longue séparation, parfois une grande première, et même, on se prépare à partir pour ne jamais revenir, peut-être… On s’imagine déjà faire le tawaf parmi les pèlerins que l’on voit à la télévision, et là al hamdouliLlah, enfin dans quelques jours ça sera notre tour, incha Allah. On s’imagine déjà faire le sa’i, ce rite où nous nous mettons à la place de Hajar, ra, quand elle avait été seule avec son fils à faire les allers-retours entre Safa & Marwa, dans ce désert sans eau. On s’imagine déjà dans l’atmosphère apaisée de la mosquée du prophète à Médine, prier et ne penser qu’à Lui et Son agrément.

Et pourtant. C’est avec le cœur brisé, les larmes qui coulent que je termine cet article. Hier, j’étais censée être dans l’avion direction l’Arabie Saoudite, pour y faire mon Hajj. Du coin de l’œil, je vois cette valise encore bouclée, qui devait m’accompagner pour ce voyage, et que je n’arrive pas à défaire. Quelle tristesse. Quelle épreuve. Cela fait des mois que je me prépare au voyage de MA vie. Malheureusement, ce droit m’a été littéralement volé. Alors que je me suis inscrite depuis février, que tout avait été payé depuis des mois, que tous les documents étaient aux mains propres de l’agence depuis des semaines, j’ai appris la veille de mon départ que le voyage était annulé pour moi, mon époux et les centaines d’autres pèlerins de l’agence car nous n’avions pas obtenu les visas, obligatoires pour entrer sur le territoire saoudien. Cette année, ça serait 5000 pèlerins affectés par cette nouvelle. Comment en est-on arrivé à cette situation désastreuse ? Comment en 2019 peut-il se passer encore ce genre d’incidents ? A qui est la faute ? Est-ce la faute de l’Arabie Saoudite et son administration qui n’aurait pas donné les visas? Pourquoi le sait-on aussi tard ? Est-ce la faute de l’agence qui n’a pas été sérieuse et n’a pas fait son travail ? Et ces agences qui sont-elles ? Comment ça fonctionne? Finalement, nous les musulmans, à tort, nous ne sommes pas assez concernés par cette problématique qu’est l’organisation du pèlerinage, que nous remettons aveuglement aux agences, qui profitent de ce flou des connaissances générales sur le sujet pour en fait un business très lucratif. C’est dans ce cadre-là que j’ai décidé de mener ma petite enquête pour essayer de comprendre un peu plus les dessous du Hajj. On a tellement attendu ce moment pour qu’il nous soit arraché par des incompétents ? Par des personnes qui n’auraient honte de rien, encore moins peur de Dieu pour jouer avec la vie des futurs pèlerins et leur briser leurs espoirs mis pendant des mois voire des années ? Des malfaiteurs qui n’auraient que l’argent dans leur yeux et ne feraient du 5ème pilier de l’Islam qu’un business très lucratif ? Alors, après avoir été personnellement affectée par cette situation, j’ai décidé de comprendre ce qui se passe dans les coulisses, qu’on nous cache parfois volontairement. Trouvez donc dans cet article un bref état des lieux et problématiques actuelles sur le Hajj.

Quelques chiffres

On découvre, qu’en cette année 1440 / 2019, plusieurs milliers de pèlerins seraient touchés par ce refus de visa (3). Il est avancé un nombre de 2800 visas concernés, d’autres sources disent même qu’ils sont 5000. Que représente ce chiffre? En France, en 2017, 22 000 pèlerins ont été faire le Hajj. Cette restriction de 2800 visas concernerait donc quasi 15% des pèlerins de France, ce qui représente un nombre vraiment conséquent !

Quelles problématiques aujourd’hui?

Plusieurs questions essentielles se dégagent face à ces expériences éprouvantes que subissent les centaines pèlerins et ces agences dont certaines ne pourront certainement pas s’en relever:

  • Devant cette croissance exponentielle des agences de pèlerinage, quelle est la différence entre les agences agréées ou non par le ministère du Hajj de l’Arabie Saoudite (KSA)? Comment une agence non agréée peut-elle quand même proposer des formules Hajj ? Comment une agence devient-elle agréée ? On dit toujours attention méfiez-vous des agences non agréées qui seraient des organisations pirates. Et pourtant certaines semblent très sérieuses. Que signifie vraiment cet agrément ?
  • Pourquoi est-ce que les autorités saoudiennes bloquent des visas des voyageurs à quelques jours du départ ? C’est un voyage prévu de longue date, pourquoi on ne sait pas des mois à l’avance qu’il y aura X visas donnés, pas un de plus, longtemps à l’avance? Les agences peuvent ainsi s’organiser de manière très précise, les pèlerins savent des semaines et mois à l’avance si oui ou non ils ont le visa et la déception en saura moins grande.
  • Y’a-t-il des critères de sélection pour obtenir un visa ? Certains avanceraient que les personnes âgées sont privilégiées (peut-être leur dernière chance d’y aller), les personnes de nationalité française et ceux qui n’ont jamais été en Arabie Saoudite. Je n’ai pas eu la possibilité de vérifier ces informations, à prendre avec des pincettes.
  • Pourquoi autant de restrictions sur les visas ? Pourquoi ces mesures drastiques ? Y’a-t-il vraiment lieu de mettre des quotas sur les visas de la part de KSA?  En fonction de quoi sont décidés ces quotas ? Des accords politiques entre les différents pays ? On peut voir par exemple que pour cette année 2019 il y a une augmentation importante du nombre de visas donnés au Pakistan et Inde (1)

Pour répondre un peu à ces différents éléments, j’ai contacté plusieurs personnes dont des responsables et guide d’agences organisant le Hajj, certaines agréées par KSA, d’autres non. Ils ont tous voulu témoigner de manière anonyme, je ne peux donc citer les noms et agences concernés.

Concrètement, comment ça marche ?

En France, pour aller faire le Hajj, il est obligatoire de passer par une agence. Obligation imposée par l’Arabie Saoudite depuis de nombreuses années. C’est donc des agences qui se chargent d’organiser le voyage des pèlerins: réservation des billets d’avion, chambres d’hôtel, campement à mina, transferts sur place et l’obtention du visa d’entrée sur le territoire saoudien.

Il existe deux types d’agences: celles qui sont officiellement agréées par le gouvernement saoudien, et celles qui ne le sont pas. Une agence agréée signifie qu’elle a l’autorisation du ministère du Hajj d’avoir un quota officiel. Seules 30 agences seraient agréées en France. Pour obtenir l’agrément, il faut obtenir le IATA, qui nécessite de poser une grosse caution et soumettre un dossier au consulat saoudien. Officieusement, il faudrait des connaissances pour obtenir l’agrément, connaître foulan et ibn foulan. (pour les intéressés, il faudrait regarder plus en détail cette histoire d’agrément dont je ne sais pas plus pour le moment).

Il faut comprendre que les visas sont soumis à un système de quotas, nombre défini chaque année pour chaque pays. Ce quota est géré de manière différente selon les pays. Par exemple en Malaisie, c’est centralisé au niveau national. Au Maroc et en Algérie, on procède à un tirage au sort pour désigner les pèlerins. Et en France ? Un nombre de visas est donné à chaque agence agréée. Point.  Les agences non agréées n’ont donc pas de visas. Comment organisent-elles alors le Hajj? C’est simple, elles « achètent » le visa à des agences agréées. Pour mieux comprendre, imaginez l’agence agréée X qui a 1000 visas attribués par l’Arabie Saoudite. Elle n’arrive à vendre que 300 prestations hajj. Elle va donc vendre 700 visas à des agences non agréées Y, Z etc. Cependant, on sait une chose: il est absolument interdit par KSA de vendre un visa brut, c’est un visa qui est gratuit initialement, sans compter que c’est un produit dématérialisé (autre question à réfléchir, islamiquement parlant, est-il licite de vendre ce genre de produits, à pousser). Ces agences agréées pour vendre leur visa sans transgresser l’interdiction vont alors vendre un packaging comprenant par exemple campement et nourriture à Mina + transferts + ce fameux visa, ce qui serait autorisé par KSA (à confirmer). Ainsi les agences agréées achètent le visa dans un package comprenant d’autres prestations payantes aussi. Cela donne ainsi naissance à un véritable trafic digne des mafias les plus sordides, expliquant en partie le prix faramineux du Hajj (autre débat là aussi, il serait intéressant de décomposer ce prix et comprendre réellement ce qui se cache derrière, combien se prend réellement KSA dans ce prix, combien se prennent les agences, combien de frais réels ?)

La plupart des agences agréées existent depuis des décennies, depuis que KSA a instauré ce système dans les années 1970. Certaines ont un quota de visa d’environ 200, d’autres beaucoup plus jusqu’à 2300 pour certaines. Et malheureusement, quelques unes de ces agences agréées ne sont pas dignes de la grande responsabilité qui leur incombe. On en trouve certaines qui ne s’embêtent même pas à organiser le Hajj mais qui se contentent juste de revendre leurs visas (en théorie, interdit). Bénéficiant du label « agence agréée » par KSA, elles bénéficient A TORT d’une immunité non justifiée, gardant ainsi un certain monopole. On a souvent tendance à croire qu’une agence agréée est fiable et inversement à avoir des mauvais soupçons sur celles qui ne le sont pas. Malheureusement, agrément n’est pas gage de qualité du service. En tout cas quoi qu’il en soit, fiable ou non, l’agence agréée reste officiellement celle qui possède les visas saoudiens. Vous me direz alors que le problème vient des agences non agréées qui prennent un risque immense à vendre des prestations Hajj sans posséder ces fameux visas (là aussi, islamiquement parlant, il faudrait voir si c’est possible de vendre quelque chose qu’on ne possède pas encore?)

En fait, dans le milieu du Hajj en France, même si l’agence non agréée fait tout pour être dans la légalité, elle est obligée de passer par ce rachat de quotas de visas, car ne peut pas les avoir autrement. C’est un secret de polichinelle qui fait régner une certaine hypocrisie dans le milieu. C’est ce qui se fait depuis des décennies. Toutes les agences non agréées que vous pouvez connaitre ont eu ou ont toujours recours au rachat de visas, et parfois le font de manière strictement illégal. Du rabattage en somme. Attention, il y a aussi certaines nouvelles agences agréées, qui n’ont pas beaucoup de quota, et qui, elles-mêmes, alors qu’agréées, se retrouvent à acheter des visas chez d’autres agences pour combler le manque de visa face au nombre important de pèlerins. Alors pourquoi ne pas se contenter de son quota ? C’est tout simplement commercial: plus il y a de monde, plus il y a de bénéfices, plus on pourrait potentiellement faire de meilleures prestations, recruter du monde etc… Jusqu’à aujourd’hui, cela aurait pu toujours marcher ainsi. Mais cette année, KSA semble vouloir décider d’arrêter ce genre de pratique, contournant de manière indirect l’interdit.

Alors, l’attribution de quota, système archaïque de la bureaucratie saoudienne ? Ou est-ce plutôt sa mauvaise gestion en France qui est le problème ? Je pencherais plutôt pour la deuxième hypothèse, étant donné qu’on ne retrouve pas ces problématiques dans les autres pays du monde de ce que j’ai pu retrouvé dans mes recherches. On a l’impression qu’encore une fois, avec certains arabes musulmans de France, dès qu’il y a de l’argent en jeu, il y a magouilles et mauvaise gestion, mépris et mensonges. Et ce sont toujours les croyants, qui ont confié leur argent et économies d’une vie, qui se retrouvent pris en otage de ce système nauséabond.

Les agences non agréées, les plus grandes victimes de l’histoire ?

Certaines agences non agréées se retrouvent sans visa à quelques jours du départ et sont obligées de rendre l’argent aux pèlerins. On peut alors se dire que finalement, après les avoir remboursé, ces derniers pourront tranquillement retourner au Hajj l’année d’après, alors que ces agences, après avoir avancé des centaines de milliers d’euros à payer les billets d’avions, de transferts, d’hôtels, se retrouvent à devoir rembourser leurs dettes pendant des années. Il y a derrière ces agences des directeurs sincères et honnêtes dont le but était vraiment d’offrir la meilleure des prestations à leurs clients, et qui finalement ont énormément à perdre avec ce commerce du Hajj, et qui va impacter l’ensemble de leurs employés et familles. Mais c’est le jeu qu’ils ont choisi de jouer. Et d’ailleurs, on est en droit de se demander: a t-on réellement entendu parler d’agences qui ferment ? Si elles ferment, c’est souvent pour ouvrir ailleurs sous un autre nom. Quid du bénéfice qu’elles ont engrangé pendant des années ? Quid des assurances mises en jeu ? Ces agences non agréées savent très bien le risque qu’elles prennent en confiant l’obtention des visas à l’agence agréée. Ces agences non agréées savent très bien que jusqu’au jour J, elles peuvent ne pas avoir les visas, ce n’est pas quelque chose d’inconnu. Alors quand elles n’obtiennent pas les visas escomptés à quelques jours du Hajj, est ce une incompétence de leur part ? Une naïveté extrême dans ce milieu de renards? Une stupidité dangereuse ? Celles qui les amènent à se dire qu’ils auront toujours des visas parce que pour le moment ils n’ont pas encore ce souci. C’est un peu l’image d’une personne qui va s’adosser à un arbre lors d’un orage en se disant que de toute façon à chaque fois qu’il l’a fait, il n’a jamais été touché par la foudre, jusqu’au jour où ça arrive et là …

Que s’est il passé dans mon cas avec mon agence?

Avec cette annulation de visa, l’agence avec laquelle je partais a été obligé de s’expliquer.  Nous étions plus de 620 pèlerins à partir avec elle. C’est une agence qui n’est pas agréée mais qui offre des prestations grand standing pour le Hajj & Omra, surtout au niveau accompagnement spirituel sur place, avec des accompagnateurs de grande qualité, raison pour laquelle je l’ai choisie, à titre personnel. J’avais eu de nombreux très bons retours, et étant très médiatisée sur les réseaux sociaux, ces retours positifs se confirmaient. Cette agence travaille avec un partenaire agréé, qui fait partie des plus anciens et qui dispose d’un gros quota (2300 visas). Étant donné qu’acheter des visas est techniquement interdit, l’agence lui a acheté des packages, ce qui serait parfaitement autorisé, comme dit plus haut. Malheureusement, cette année, il y aurait eu ou plusieurs plaintes concernant l’agence agréée qui vendrait des visas bruts. De ce fait, l’agence agréée a été blacklistée par KSA, et qui fait que malgré que tout soit payé du côté de notre agence et que de lourdes sommes aient été avancées depuis des mois, les visas n’ont pas été délivrés à cette agence agréée. Celle-ci saurait depuis des semaines qu’elle n’avait pas les visas.  Mais ça serait seulement 15 jours avant le départ que notre agence aurait su que l’agence partenaire n’avait pas les visas, prévenant alors immédiatement les pèlerins, en étant toutefois rassurant: ce partenaire serait sur place pour essayer d’en obtenir à la dernière minute et que tout était sous contrôle… Puis, ce partenaire, à quatre jours du départ, aurait fait croire à notre agence qu’il a finalement réussi à obtenir les visas, et donc nous les pèlerins rassurés, se sont tous préparés en fonction. En fait. Pas du tout. Veille du départ, notre agence s’est rendue compte que le partenaire lui aurait menti tout ce temps sur l’obtention des visas qu’il n’aurait jamais eu en possession et pourtant qu’il aurait vendu à de nombreuses agences non agréées, mettant sur le carreau notre agence et ses plus de 600 pèlerins et bien d’autres…

Témoignage d’un guide d’agence, juillet 2019

Je travaille en tant que guide dans une agence qui organise des prestations pour le Hajj. Pour vous expliquer un petit peu pourquoi chaque année, il y a toujours des pèlerins qui se voient refuser leur visa pour réaliser le voyage sacré d’une vie: le Hajj.  Les visas sont données à des agences agréées par le Ministère du Hajj de l’Arabie Saoudite (KSA). Ils sont donc donnés à un nombre fixé. Certaines de ces agences agréées revendent les visas à des agences qui proposent des forfaits Omra & Hajj, sans être agréées directement. Il faut comprendre que beaucoup de ces agences ne voient pas le Hajj ou Omra comme une adoration, mais comme un véritable business, qui plus est, très lucratif. Ces agences vendent des prestations (hôtels, transports, guides…). Ces agences non agréées achètent parfois à un prix considérable les visas aux agences agréées. Ces dernières, pour obtenir leurs visas doivent justifier au consulat de l’achat de vols, hôtels à Makka & Medina pour chaque pèlerin afin que cela soit validé. Ainsi, afin que les agences non agréées obtiennent des visas, elles doivent tout réserver en amont (hôtel, transports etc) afin de pouvoir prétendre à ces visas aussi. Depuis quelques années, les saoudiens se sont rendus compte qu’il y avait des manœuvres sous les coulisses. KSA donnait des visas à l’agence Imane* et sur place ils retrouvaient les agences Ihsan*, Islam*… Ils se sont donc rendus compte que des agences agréées vendaient leurs visas au lieu de travailler avec. Ils ont donc annulés les visas de certaines agences agréées qu’ils soupçonnaient de faire de la revente de visa. Certaines personnes à qui on a donné de gros quotas de visas pour le Hajj ne sont pas des personnes qui craignent Dieu ou pratiquantes. Pour elles, le Hajj est un commerce qui rapporte très gros et voilà les pèlerins qui se retrouvent au milieu de toutes ces manigances. Certaines de ces agences étaient au courant que leurs visas étaient annulés MAIS ils ont quand même vendus des visas qu’ils n’avaient plus à des agences non agréées. Ainsi des pèlerins se retrouvent à partir avec une agence non agréée, et à quelques jours du départ pour le Hajj, n’ont toujours pas un visa, qui dès le départ n’avaient pas. Aujourd’hui à quelques jours du départ, on a donc des responsables d’agence au KSA qui essaient de négocier auprès du ministère du Hajj des visa en leur disant qu’ils ont déjà tout réservés, qu’ils ont des centaines de pèlerins en attente de visa. Et là, c’est à la bonté du gouvernement saoudien: soit ils sont miséricordieux et donnent des visas soit ils leur disent qu’ils savaient depuis le début qu’ils n’avaient pas les visas, et que c’est tout, il n’y a rien d’autres à faire. Le quota est là… Ces agences non agréées se sont faites donc soit bernées par leur fournisseur en leur vendant des visas qu’ils n’avaient pas. Pire, si ces agences étaient au courant, elles ont été alors naïves et optimistes de croire qu’on leur donnerait quand même des visas à la dernière minute.

Un autre frère, sur Twitter, témoigne:

« Une association d’Aulnay Sous Bois a organisé le Hajj à prix coûtant il y a 3 ans. 300 visas de France achetés via une agence agréée française. Le reste géré par une agence allemande. L’agence française a volontairement privé l’association de ses visas à 3 jours du départ. Pour lui faire payer l’affront du prix coûtant. »

Leçon pour les pèlerins qui se retrouvent victimes de toutes ces magouilles politiques, commerciales et financières: 
  1. Acceptez le destin: Qadar Allah ou macha, Allah sait mieux. S’il a décrété que vous ne deviez pas partir cette année, il y a forcément un bien. Vous évitez peut être une catastrophe, sur place là-bas, pour vos enfants restés ici, ou autre. Allahu a3lam. Faites preuve de confiance absolue en Allah (tawakul +++). C’est sûrement aussi un grand kheir de ne pas partir par l’intermédiaire d’individus peu scrupuleux. Une adoration d’Allah mérite la pureté et l’honnêteté du début à la fin.
  2. Renouvelez votre intention: Continuez à faire des douaas +++ et sabab pour qu’Allah vous accorde un Hajj prochainement, si ce n’est pas cette année, ça sera l’année prochaine bi’idniLlah. Allah est capable de toute chose et quand Il décide une chose, absolument personne ne peut y changer quoi que ce soit. Pourquoi voulez-vous faire le Hajj? Seulement pour la récompense. Or on sait que le croyant qui formule l’intention de faire une bonne oeuvre, mais qui en est empêché, par une raison donnée, est quand même récompensé pour son intention première.
  3. Soyez dignes d’un comportement de Hajj et Hajja. Votre tristesse et colère, justifiés, ne doivent pas empiéter sur votre comportement. Restez nobles et dignes. Soyez patients. Point de violence. Point d’insultes. Réglez les problèmes avec intelligence et sagesse. Ne vous trompez pas d’ennemi. N’éveillez pas les mauvais sentiments, ne prenez pas le risque de diffamer ou d’être injustes envers les prestataires ou personnes, où beaucoup donnent de leur temps, énergie et argent pour vous satisfaire, qu’Allah les récompense grandement.
Maintenant comment agir ?

 L’heure est aujourd’hui à l’unité face au véritable adversaire.

On dégage ici deux axes d’action: KSA & les agences. Il est évident qu’on ne peut à notre échelle agir sur un pays multi-milliardaire et son gouvernement. Nous les musulmans de France, on doit déjà régler nos propres problèmes ici, pas besoin d’en vouloir aux saoudiens, les insulter, les haïr, etc, ça ne sert à rien, c’est leur pays, c’est leurs règles, on n’a pas le choix. Et puis, il y a bien d’autres problèmes chez nous à régler avant de les confronter sur ces questions.

  1. Informer, prévenir et conscientiser les personnes autour de vous. Il est absolument primordial que chacun se sente concerné par ces problématiques. On parle quand même du 5ème pilier de l’islam! Cette solidarité est nécessaire, afin d’obtenir des résultats probants au long terme et arrêter enfin ces escrocs du spirituel. C’est tous ensembles, unis, qu’on arrivera à faire pression sur nos instances, sur les mosquées, sur les commerces afin que des changements s’opèrent. Peut-être aujourd’hui vous n’êtes pas concernés, mais demain, si vous-même, vos parents, vos enfants se retrouvent dans cette triste situation, vous aimeriez alors que cette situation soit évitable.
  2. Mobiliser nos instances représentatives : organiser des colloques sur le sujet pour améliorer les choses. Organiser une caisse centrale pour indemniser les pèlerins qui ont été arnaqué. Faire réaliser un site unique et officiel sur les agences habilitées à organiser le Hajj, agréées ou non. Souhaiter une transparence totale quant aux nombres de visas que chaque agence possède, donner toutes les dernières informations et actualités du Hajj, détailler les prix de chaque prestation Hajj. En somme, une plateforme publique pour un Hajj conforme, éthique et transparent, accessible à chaque futur pèlerin. Il est temps d’enlever ce flou autour du sujet pour le portefeuille de certains.
Conclusion et réflexions

Alors finalement, simples musulmans français que nous sommes, on se rend compte là que derrière le Hajj, se cachent milles et une facettes d’un système nauséabond très lucratif qui en a fait perdre la tête à plus d’un et qui n’ont aucun scrupule à priver les pèlerins de ce voyage sacré. C’est une question très complexe et la situation en KSA évolue beaucoup ces derniers temps. On parle d’enlever cette condition d’obtenir le IATA pour être agréé, levant cette contrainte financière et pourrait ouvrir la porte à l’agrément de beaucoup d’agences.  Pour cette année, il est probable que le consulat ait voulu frappé fort contre toutes ces pratiques semblables à du rabattage. Alors oui, il existe bien heureusement des prestataires honnêtes et dévoués, al hamdouliLlah. Mais par cette multiplications d’agences non agrées, sous réserve d’offrir une concurrence offrant de meilleurs prestations faces à certains patriarches bien installés du milieu, n’est-on pas en train d’assister  à l’-uberisation- du Hajj? Que celui qui offre la meilleure prestation gagne? N’est ce pas une réponse trop libérale et profane à une affaire relevant du Sacré ? Car n’oublions pas le principal, il est question d’Allah. Est-on alors en droit de monétiser à tout va au nom de Dieu ? On peut en effet discuter ce monopole des anciens, qui ne font pas forcément du bon travail, comme on peut le voir ailleurs que le Hajj, comme dans nos mosquées, dans nos instituts, et dans nos agences: les plus vieux qui veulent conserver leur médiocre domination et qui empêchent les jeunes d’innover pour le bien de la Oumma. Mais est ce vraiment la meilleure façon de procéder ? Quid d’une centralisation de la gestion du Hajj en France, sur l’exemple du système malais. Ou au contraire cette centralisation ne va t-elle pas renforcer le pouvoir décisionnaire de certaines personnes dans le milieu depuis trop longtemps, au détriment des pèlerins ? Faut-il abolir le système de quota et libérer le terrain, en basant la concurrence sur la qualité de la prestation uniquement ? Beaucoup de questions, beaucoup de problématiques qui persistent, et pour le moment si on ne fait rien, les pauvres pèlerins continueront à en payer les frais, sans personne pour les aider à traverser cette douloureuse épreuve…

Qu’en pensez-vous ? Quelles autres pistes proposez-vous afin d’assainir ce milieu ? Qu’enfin on évite à des centaines de pèlerins de vivre ce que l’on vit douloureusement aujourd’hui ?  Je vous écoute, et je suis ouverte à toute suggestion d’action pour aller plus loin et changer les choses incha Allah, par Sa Volonté.


Sources:

4 Comments
  • 3 août 2019
    reply
    Oum essya

    Très bonne article Barakallah oufik
    Je pense que nous devons faire une pétition avec tous les pèlerins qui n’ont pas pu s’y rendre et l’envoyer à l’ambassade de l’Arabie saoudite 🇸🇦 nous ne devons pas rester passif il faut que les autorités saoudiennes prennent conscience de la prise en otages des pèlerins face à ses problématiques

  • 4 août 2019
    reply
    Njt

    Assalamu aleykoum

    Il me semble que la plateforme « les musulmans  » a créé une commission hajj, sans doute ont ils déjà commencé à réfléchir à la question et ils seraient ravis d’avoir des personnes qui s’impliquent sur ce dossier sur le long terme .

  • 5 août 2019
    reply
    Karim Balisto

    Salam, merci d’abord jazakoum kheir pour certains éclaircissements.
    J’ai pleuré quand j’ai lu votre article..grande peur d’être mahroum de ça ..car ça vient d’Allah..ça nous pousse à nous remettre en question.
    Premièrement, à l’échelle individuelle, je ne vous connais pas et je ne vous suis pas mais Allah هو الطبيب dans le hadith et il y a un certain nombre d’arnaque sur la santé des gens au nom de la médecine comme il y en a sur la religion et cela devrait nous pousser à lutter contre ces arnaques, et ne pas les cautionner au nom d’un statut.
    Deuxièmement, on peut faire une pétition pour demander explications officielles à agence de hajj sous forme de conférence pour que les gens comprennent. Puis qu’ils puissent prendre leurs précautions ou du moins savoir, n’est-ce pas l’affaire des musulmans après tout ?
    Voilà je suis prêt à faire la pétition اللهم اجعلنا من الصادقين
    Et bouchra lakoum, vous savez que celui qui a mis l’intention d’une adoration mais n’a pu la faire celle-ci lui est quand même comptée, alhamdoulillah même s’il faudra quand même prévoir d’ y aller encore.
    Assalam

  • 6 août 2019
    reply
    Dado S

    As salam aleykoum. Merci beaucoup pour cet article . Très intéressant. J ai vécu exactement la même chose que vous cette année. Il faut vraiment que nous agissons et que l on fasse cesser cette mafia. Certes c est le décret d Allah mais les organisateurs peu scrupuleux ne sont pas innocents. On pardonne mais il n empêche qu ils nous ont causé énormément de torts.
    Salam aleykoum

POST A COMMENT

error: Content is protected !!